Bienvenue chez CENTURY 21 Immobilière les Châteaux, Agence immobilière SELESTAT 67600

Quel est vraiment l’impact du DPE sur le prix d’un logement ?

Publiée le 13/10/2020

Alors que le DPE monte en puissance et que la transition écologique semble bien engagée, nous nous sommes posé la question de savoir quel impact le DPE avait réellement sur les prix immobiliers en France et à combien s'élève la valeur verte, cette plus-value que ses bonnes performances énergétiques sont censées conférer à un logement ?

Afin de déterminer si une étiquette énergie attestant des bonnes performances énergétiques et environnementales d’un logement pouvait permettre d’en augmenter le prix et, dans l’affirmative, quelle était la plus-value, nous avons comparé les prix au mètre carré d’un bien immobilier classé « A » (moins de 50 kWh par mètre carré par an) avec ceux d’un autre classé « E » (entre 231 et 330 kWh/m²/an). Parce qu’on ne tire pas sur une ambulance, ont été exclus de notre étude les logements classés F et G, ces fameuses pas

Afin de déterminer si une étiquette énergie attestant des bonnes performances énergétiques et environnementales d’un logement pouvait permettre d’en augmenter le prix et, dans l’affirmative, quelle était la plus-value, nous avons comparé les prix au mètre carré d’un bien immobilier classé « A » (moins de 50 kWh par mètre carré par an) avec ceux d’un autre classé « E » (entre 231 et 330 kWh/m²/an). Parce qu’on ne tire pas sur une ambulance, ont été exclus de notre étude les logements classés F et G, ces fameuses passoires thermiques dont on se plaît à rêver qu’elles soient une espèce en voie de disparition…

Les résultats de notre enquête nous apprennent qu’à Saint-Étienne, à caractéristiques équivalentes, un logement énergétiquement vertueux coûte 68 % plus cher qu’un logement classé E. De même, à Perpignan, un bien immobilier étiqueté A se monnaye aux alentours de 2 630 €/m² mais voit son prix tomber à 1 652 €/m² s'il s’est vu attribuer un E... À Strasbourg, l’écart de prix entre un bien classé A (4 470 €/m²) et un logement classé E (2 85 1€/m²) atteint 56 % !

« Il y a encore quelques années, il pouvait nous arriver de vendre des produits qui n’étaient équipés d’aucun chauffage et dont l’isolation laissait à désirer » explique Hubert Guignand du Cabinet Humbert, une agence spécialisée dans les locations et les ventes immobilières à Saint-Étienne. « Ces biens étaient alors entièrement rénovés : pose de fenêtres, isolation, etc. Ce n’est donc pas uniquement parce qu'un logement passe d'un DPE "E" à un DPE "A" que son prix au mètre carré augmente mais plutôt parce qu'il a été entièrement refait. La valorisation d'un bien ne résulte pas uniquement de l'amélioration de son DPE mais de l'ensemble de travaux de rénovation qui y auront été réalisés. Le DPE n’est qu'un facteur - parmi d'autres - qui conduisent à sa valorisation. Je constate, par ailleurs, que sur Saint-Étienne, la qualité des produits augmente. Il y a de moins en moins de biens dont l'état nécessite une rénovation complète. Enfin, de plus en plus d'acquéreurs potentiels veulent connaître la consommation énergétique du bien, quel est son DPE, etc. Ce n'était pas le cas, il y a encore quelques années de ça. Il s'agit d'une vraie prise de conscience ».

Parmi les autres villes où vous paierez (beaucoup !) plus cher un logement s’il est performant énergétiquement, on retrouve- entre autres - Mulhouse, Toulon, Nîmes, Villeurbanne, Le Mans, Le Havre, Besançon, Lyon, Toulouse et Boulogne-Billancourt avec des écarts de prix qui varient entre 51 % et 10 %.